Conseil pratiques
« Le Père cherche des adorateurs qui adorent en esprit et en vérité. » Jn 4, 23

Aimer, avant toute chose !

« Commencez toutes vos adorations par un acte d’amour, et vous ouvrirez dĂ©licieusement votre âme Ă  Son action divine. C’est parce que vous commencez par vous-mĂŞmes que vous vous arrĂŞtez en chemin ; ou bien, si vous commencez par quelque autre vertu que l’amour, vous faites fausse route. L’amour est la seule porte du coeur… Tant que nous n’aurons pas pour Notre Seigneur au Très Saint-Sacrement un amour de passion, nous n’aurons rien fait. » – Saint Pierre-Julien Eymard

Quelle position ?

Puisque le Seigneur ressuscité se présente dans son Corps, nous devons répondre avec notre âme et notre corps.

Les trois attitudes fondamentales du corps sont importantes :

  • La position assise, la station debout, la position Ă  genoux.
    L’écoute recueillie et détendue de la Parole de Dieu dans la position assise fait aussi bien partie de la liturgie que la station debout comme expression de la disponibilité à Dieu.
  • La station debout est, de plus, l’expression de la victoire du Christ ressuscitĂ©.
  • Enfin, la position Ă  genoux est aussi essentielle. Elle est le geste incarnĂ© d’adoration dans laquelle nous restons debout, prĂŞts et disponibles, mais dans laquelle nous nous inclinons en mĂŞme temps devant la grandeur du Dieu vivant.

Évitons de lire les pages de l’Écriture les unes après les autres sans nous arrêter véritablement sur l’une d’elles. Évitons de prononcer des prières seulement avec les lèvres sans nous arrêter sur les paroles que nous disons.

Entrons profondément dans la prière du coeur. Choisissons un verset de psaume ou une phrase de l’Évangile, une petite prière simple et répétons-la avec le coeur, doucement, continuellement jusqu’à ce qu’elle devienne notre prière, notre cri, notre supplication.

Par exemple : « Jésus, Fils du Dieu vivant, prends pitié de moi pécheur », « Mon Père, je m’abandonne à Toi », « Jésus, je T’aime », « Tu es mon Berger », « Jésus doux et humble de coeur, rend mon coeur semble au Tien » ou tout simplement « Jésus, Jésus, Jésus… »

N’ayons pas peur du silence et de la pauvreté de notre prière.

MĂ©diter avec le coeur

Mon coeur est sec

« Vous ĂŞtes dans l’ariditĂ©, glorifiez la grâce de Dieu, sans laquelle vous ne pouvez rien ; ouvrez alors votre âme vers le ciel, comme la fleur ouvre son calice au lever du soleil pour recevoir la rosĂ©e bienfaisante. Mais vous ĂŞtes dans l’état de tentation et de tristesse ; tout se rĂ©volte en vous ; tout vous porte Ă  quitter l’adoration sous prĂ©texte que vous offensez Dieu, que vous le dĂ©shonorez plus que vous ne le servez ; n’écoutez pas cette spĂ©cieuse tentation, c’est l’adoration du combat, de la fidĂ©litĂ© Ă  JĂ©sus contre vous-mĂŞme. Non, non, vous ne lui dĂ©plaisez pas ; vous rĂ©jouissez votre MaĂ®tre qui vous regarde. Il attend de nous l’hommage de la persĂ©vĂ©rance jusqu’à la dernière minute du temps que nous devions lui consacrer.» – Saint Pierre-Julien Eymard

« Je devrais me dĂ©soler de dormir pendant les oraisons et mes actions de grâces ; eh bien, je ne me dĂ©sole pas… Je pense que les petits enfants plaisent autant Ă  leurs parents lorsqu’ils dorment que lorsqu’ils sont Ă©veillĂ©s. »  – Sainte ThĂ©rèse de l’Enfant-JĂ©sus

Quand mes yeux sont lourds

Dans les distractions

J’ai du mal à rentrer ou à rester dans le silence intérieur. Je peux alors utiliser les paroles de prières que je connais. La prière du chapelet, le Notre Père, la prière de Jésus : « Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, prend pitié de moi, pécheur », ou des actes d’adoration : « j’ai soif de Toi, Seigneur », ou « Seigneur, je T’aime », « Seigneur, je T’adore », ou « Tu es mon tout ».

Dans l’adoration de Dieu, ce qui compte n’est pas ce que l’on ressent, mais Celui que l’on rencontre et ce qu’on Lui donne. L’amour ne cherche pas son intérêt, mais l’intérêt du bien-aimé. On ne va adorer, ni pour soi, ni pour ressentir quelque chose. On va adorer pour Dieu, parce qu’il est notre Dieu et qu’il mérite notre adoration. Adorer est un « doux devoir » nous dit Paul VI ; c’est le premier commandement : « C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras et à lui seul tu rendras un culte. » (Mt 4, 10)

Je ne ressens plus rien !

Debout avec Marie

« Faisons passer nos prières par les mains de la Sainte Vierge, elle les embaumera. Nos prières présentées par Marie ont un tout autre mérite, parce qu’elle est la seule créature qui n’ait jamais offensé le bon Dieu. Tout ce que le Fils demande au Père lui est accordé ; tout ce que la Mère demande au Fils lui est accordé. »

« Imitons notre bonne Mère, cet amour de Dieu si ardent… Imitons Marie, elle nous accompagnera au ciel. »

« Dans les tentations, ne cessons pas de recourir Ă  elle ; elle est terrible au dĂ©mon ; invoquons-la par son Coeur ImmaculĂ©. » – Saint curĂ© d’Ars

Nous remercions la paroisse de la TrinitĂ© (Paris 9) qui nous a autorisĂ© Ă  reproduire les pages de son carnet d’adoration